Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/2445/66763
Title: Indicateurs espèces thermophobes: État des populations de la gorgone blanche Eunicella singularis dans le Parc national de Port-Cros.
Author: Hereu Fina, Bernat
Capdevila Lanzaco, Pol
Aspillaga Cuevas,Eneko
Casado, C.
Canals, E.
Linares Prats, Cristina
Keywords: Ecologia marina
Cnidaris
Marine ecology
Cnidaria
Issue Date: Feb-2014
Abstract: Les gorgones sont des composantes courantes des communautés coralligènes et elles jouent un rôle très important dans certains écosystèmes méditerranéens de fond dur car il s’agit d’espèces ingénieures qui modèlent l’habitat. Cependant, ces espèces sont parmi les plus menacées par le réchauffement climatique, mais des informations sur leur démographie et leur distribution, aspect crucial pour la conservation et la gestion durable, sont encore rares. Par conséquent, nous avons caractérisé les populations de Eunicella singularis dans le Parc national de Port-Cros tout en examinant leur distribution spatiale et en profondeur, ainsi que la structure de tailles de ces populations et l’affectation des perturbations. Cette espèce est présente principalement dans la partie sud des îles, sur des sites exposés à des courants et à une profondeur allant de 9,5 à 38 m, mais montrant une grande variabilité dans les limites de distribution supérieures et inférieures entre les sites. Les valeurs de la densité, la taille et la mortalité des populations étudiées ont été très semblables aux études précédentes menées dans d'autres endroits de la Méditerranée. La plupart des populations étudiées ont été dominées par des colonies de taille moyenne, ont montré une faible proportion de colonies fortement endommagées, et les colonies les plus blessées avaient des épibiontes, suggérant que la plupart d'entre elles n'ont pas été exposées à de fortes perturbations récentes. Dans un seul site, Le Petit Sarranier, les populations de E. singularis montrent un pourcentage élevé de la surface endommagée, principalement sans épibiose, ainsi que des colonies mortes et une forte dominance de petites colonies. Ça semble indiquer que cette population, celle de moindre profondeur parmi les populations examinées, est exposée à des perturbations naturelles. Nos résultats montrent que les populations les moins profondes (moins de 15 m) présentent des signaux de mortalité récente avec une forte proportion de blessures par rapport aux populations les plus profondes. Ainsi, il semble que la température de l’eau, avec une formation d'une thermocline saisonnière, pourrait être le principal facteur qui affecte les populations peu profondes de E. singularis dans le Parc national de Port-Cros, bien que d'autres facteurs que la température pourraient avoir un rôle important dans le façonnement des tendances observées. Cette étude a fourni une base pour de futures études sur cette espèce dans le Parc, ce qui sera essentiel pour améliorer notre compréhension de la dynamique de cette espèce sur des échelles de temps plus grandes et de leurs tendances futures dans le cadre du scénario global de changement environnemental.
Note: Étude réalisée par l’Universitat de Barcelona, dans le cadre d’un Partenariat Scientifique avec le Parc National de Port-Cros Contrat n° : 13-030 - 83400 PC
URI: http://hdl.handle.net/2445/66763
Appears in Collections:Documents de treball / Informes (Biologia Evolutiva, Ecologia i Ciències Ambientals)

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
Eunicella singularis 2013 rapport final.pdf6.09 MBAdobe PDFView/Open


This item is licensed under a Creative Commons License Creative Commons